Piloter un drone,

ça s’apprend !

Sur Youtube, ça a l’air si simple… Mais faire voler un drone n’a rien d’évident ! Pour bien acquérir les bases du pilotage, nous sommes allés recueillir les conseils d’un expert.
L’homme qui se cache derrière le pseudonyme de XavDrone a attrapé le virus il y a trois ans. Et il lui a fallu beaucoup moins longtemps pour devenir une référence en matière d’information sur ses objets volants favoris. Notamment parce qu’il est l’un des rares à savoir s’adresser aussi bien aux passionnés (nombreux sur son excellent forum) qu’aux néophytes, comme en témoignent les leçons de pilotage qu’il dispense sur sa chaîne Youtube, dont certaines dépassent les 60 000 vues. Alors, professeur Xavier, comment ça se pilote un multirotor (le terme exact pour décrire les drones volants) ?

Lorsque l’on est totalement débutant, avec quel drone
conseillez-vous de démarrer ?

Avec un petit appareil, pas cher, et sans caméra. Pourquoi ? Parce que si vous voulez vraiment piloter, vous allez fatalement vous crasher de temps en temps, et qu’il y aura de la casse ! C’est aussi pour cela qu’il ne faut pas non plus chercher à grappiller quelques euros par-ci, par-là : optez pour une marque bien établie, un distributeur avec un bon service après-vente, pour être certain de trouver ce qu’il faut comme pièces détachées… A titre personnel, je recommande pour un premier drone le Hubsan X4 : plutôt bon marché, doté de plusieurs modes de vol, et assez petit pour se faire la main sans risque en intérieur avant de faire ses premiers vols dehors (lorsqu’il n’y a pas de vent !)

Rien de trop luxueux, donc ?

Non. Bien sûr, le modèle idéal n’existe pas, car le choix d’un drone dépend de l’usage que vous voudrez en faire. Mais s’il s’agit d’apprendre à bien maîtriser les bases, je déconseille vraiment de choisir un modèle trop sophistiqué. Entre autres parce que ces derniers proposent tout un ensemble d’assistances au pilotage qui donnent l’impression que c’est très simple. Mais le jour où l’assistance tombe en panne (et cela arrivera !), le pilote ne sera pas capable de récupérer son drone.

Alors, par quoi commence-t-on lorsqu’on veut apprendre à le piloter ?

D’abord par un exercice très simple : décoller, puis enchaîner les montées et les descentes sans avancer ni reculer. Ça n’a l’air de rien, mais permet déjà de bien « sentir » les manettes (NDLR : celle de gauche généralement pour les gaz, celle de droite pour la direction). Une fois que l’exercice est maîtrisé, la suite consiste à faire avancer puis reculer le drone en ligne droite. Troisième exercice : faire avancer le drone en ligne droite, lui faire effectuer un demi-tour et le ramener à sa position initiale. Celui-ci est particulièrement crucial ! Car lorsque le drone fait face au pilote, les commandes sont « inversées » : la droite pour le multirotor, c’est à gauche pour le pilote, et il faut s’habituer à cela. Dernier exercice enfin pour maîtriser les bases du pilotage de drone : savoir effectuer des boucles, dans les deux sens. J’ai posté des vidéos de tous ces exercices sur Youtube.

C’est long, ce premier apprentissage ?

Assez, oui. Il faut bien comprendre qu’on ne va pas voler pendant une demi-heure : généralement le temps de vol est compris entre 5 et 10 minutes… et c’est bien assez long vu la concentration que cela nécessite. Mais c’est absolument essentiel si l’on veut ensuite se tourner vers un pilotage plus expert, par exemple en FPV. Au sujet de ce qu’on appelle le vol en immersion, d’ailleurs, un petit avertissement : la vision qu’on peut avoir avec des lunettes de réalité virtuelle (même excellentes et très coûteuses) ressemblera rarement à ce que l’on peut voir sur les vidéos qu’on trouve sur Internet. Il y a toujours des interférences, une qualité d’image pas toujours optimale…

Un dernier conseil, justement, pour ceux qui voudraient se perfectionner encore ?

Deux conseils, même ! Le premier : même si vous avez beaucoup progressé, respectez bien les règlements. J’entends beaucoup de pratiquants se plaindre de ces contraintes, mais ce sont elles qui évitent qu’il y ait des accidents… Deuxième conseil : poussez la porte d’un club d’aéromodélisme. Entre membres, on échange des conseils, on peut tester facilement un grand nombre de drones, et donc on progresse bien plus vite. Cela m’a beaucoup aidé.
Parisien ? Conseils pratiques, actus et carte des meilleurs spots pour voler en toute sécurité sont à retrouver sur www.drone.paris
> <
Rappel gratuit dans les 2hRappel gratuit
dans les 2h