Son connecté :

6 questions pour vraiment connaître la musique

Où et comment diffuser sa musique sans fil ? Comment s’équiper sans tout changer ? Si vous n’y entendez pas grand-chose au son connecté, nous avons fait le point pour vous.
Se débarrasser de ces satanés fils, pouvoir écouter ses morceaux favoris dans les pièces qu’on veut… Les promesses de la musique connectée sont claires. Et avec des marques aussi prestigieuses que Sonos, Bose, Yamaha, Samsung, Harman Kardon, LG, ou Cabasse, le choix ne manque pas pour s’équiper. Au point qu’il est un peu compliqué de s’y retrouver ? Passons le sujet au décodeur.

1. Qu’est-ce que le multiroom ?

Un système de diffusion de la musique capable de la diffuser dans plusieurs pièces du domicile. D’où son nom (multiroom, plusieurs pièces en anglais). Ce terme, que vous retrouvez souvent lorsque vous vous intéressez aux systèmes de musique sans fil, permet de s’affranchir du câblage puisque le son est diffusé par transmission sans-fil, généralement Bluetooth ou Wi-Fi.
Dans cette configuration, la « centrale » (appelée bridge par certaines marques comme Sonos) constitue comme son nom l’indique l’aiguilleur de votre musique connectée : c’est cet élément, généralement connecté à la box d’accès à Internet, qui va être capable d’aller chercher la musique à différentes sources (un disque dur sur lequel vous aurez sauvegardé tous vos MP3, des webradios, des services de streaming comme Deezer ou Spotify, etc.), et de la diffuser vers vos enceintes.

2. Faut-il que je me rééquipe entièrement ?

Non. Rien n’oblige à investir dès le début dans un système multiroom complet. On peut très bien commencer par acquérir une ou plusieurs enceintes indépendantes, qui se connecteront via Bluetooth ou Wi-Fi à vos appareils source (smartphone, tablette, ordinateur, chaine hi-fi…). Bon à savoir : pour sonoriser de petites pièces, il existe des ampoules connectées qui font aussi haut-parleur.
D’autre part, ce n’est pas parce que vos enceintes sont désormais sans fil que votre musique doit être forcément dématérialisée. Si vous êtes toujours satisfait de votre chaîne hi-fi, qu’il est hors de question de mettre au rebut la collection de CD que vous avez patiemment constituée, pas de panique ! Il suffit de connecter des émetteurs (comme le Connect de Sonos ou le Linkmate Wam 270 de Samsung, mais il en existe bien d’autres) à votre matériel existant pour qu’il puisse transmettre le son vers enceintes sans fil placées dans d’autres pièces. Et à l’inverse, brancher un petit boîtier comme le Chromecast Audio sur les haut-parleurs de votre chaîne permettra d’y diffuser les sons de vos téléphones, tablettes et ordinateurs.
Pour en savoir plus > Multiroom : le guide d’achat

3. Puis-je écouter différentes musiques dans différentes pièces ?

Oui ! Un système complet organisé autour d’une centrale peut aisément être… décentralisé. Si votre fiston ne jure que par le hip-hop (et pas vous…) ou que votre cher et tendre adore écouter de l’opéra sous la douche à l’heure où vous préférez vous brancher sur les infos, pas de souci. Il est tout à fait possible de laisser à chacun le loisir de se connecter sur l’enceinte de son choix, ou de faire en sorte que la centrale ne diffuse telle source sonore que dans une seule pièce. Et à l’inverse, vous pourrez sans problème faire résonner votre air favori sur toutes les enceintes connectées de votre maison si le cœur vous en dit.

4. Vais-je perdre en qualité sonore ?

Pas forcément. Pour les plus audiophiles d’entre nous, la qualité de la musique numérisée a longtemps constitué un vrai souci. Le coupable ? Le taux de compression que l’on faisait subir aux fichiers musicaux pour pouvoir les diffuser dans de bonnes conditions. Avec la généralisation du haut débit, faire « maigrir » les fichiers au point d’en dénaturer le son n’est plus aussi nécessaire… Sauf lorsqu’il s’agit de les faire transiter vers des enceintes sans fil.
Car concrètement, pour être considéré comme de qualité hi-fi, un son doit pouvoir être transmis à un minimum de 1,38 mégabit par seconde. Sans problème si la liaison est en Wi-Fi, mais inatteignable pour les appareils fonctionnant en Bluetooth, dont le débit est inférieur à 1 Mbit/seconde. Même si le dernier standard de compression pour une liaison Bluetooth, l’apt-x, se rapproche au plus près d’une qualité CD.

5. Faut-il obligatoirement passer par un smartphone ou une tablette pour contrôler son multiroom ?

Pas du tout. Nos petits appareils nomades sont généralement les premiers que l’on connecte, pour y diffuser soit des morceaux locaux, soit ceux auxquels on accède via des services comme Qobuz, Spotify, Apple Music ou Deezer, soit évidemment la myriade de podcasts et webradios disponibles sur le Web. Et ils restent bien pratiques pour piloter les enceintes.
Mais en réalité, à peu près tous les appareils sont reliables à un système multiroom : le disque dur de votre ordinateur, votre vieille chaine hi-fi via un émetteur ou une nouvelle équipée d’office d’un module Bluetooth. Devant la renaissance du format vinyle, certains constructeurs comme ION, Technica ou les Français d’Elipson proposent même des platines 33 tours qui peuvent se connecter d’elles-mêmes à des enceintes en Bluetoooth.

6. Et si je veux aussi passer au home cinéma sans fil ?

C’est prévu. Les principaux fabricants, de Sony à Sonos en passant par Bose ou LG, commercialisent des caissons de basse et des barres de son (regroupant 7, 8 haut-parleurs, voire plus), ou des ensembles complets d’enceintes pour créer le son enveloppant que l’on attend d’un home cinéma digne de ce nom. Bien entendu, on peut aussi diffuser sa musique dessus…

Encore besoin d’aide ? Découvrez nos services d’installation et d’initiation au son connecté
> <
Rappel gratuit dans les 2hRappel gratuit
dans les 2h