10 exploits que réaliseront

les drones demain

Ils volent, font des sauts de cabri, filment… Mais les drones sont bien plus que de superbes jouets sophistiqués. Et dans un avenir proche, ils rendront bien des services…
Parce qu’ils sont –relativement- peu coûteux, que leurs hélices leur permettent d’approcher des endroits inaccessibles à l’homme, les drones intéressent vivement l’industrie, l’agriculture, les transports… jusqu’aux pompiers et aux archéologues. Demain, les drones seront-ils bons à tout faire ? Ce n’est plus de la science-fiction : la preuve avec ces dix exemples déjà bien avancés.

1. Vous plongerez, ils vous filmeront

Nous vous avons déjà parlé des drones suiveurs, qui permettent de vous filmer en action. Le iBubble, développé par une start-up grenobloise, applique le même principe… sous l’eau. Ce drone silencieux, capable de plonger à 60 mètres durant une heure, va permettre aux accros de la plongée de garder un souvenir de leurs plus belles explorations sous-marines tout en gardant les mains libres. En prévente sur Indiegogo, il devrait être livré à partir de mai 2017.

2. Ils seront les meilleurs alliés des sauveteurs

Il s’appelle Helper (Human Environnement and Life Protect Emergency) et c’est un bel athlète : vitesse de pointe de 80 km/h, rayon d’action de 300 mètres. Le job de ce drone testé cet été sur la plage de Biscarosse (Landes) ? Larguer une bouée sur un nageur en détresse, signaler sa position aux « vrais » sauveteurs grâce à sa balise GPS, et même monitorer l’état de la victime via sa caméra thermique. Un assistant prometteur pour les services de secours, cousin (et voisin) du drone qui permet d’aider les pompiers à combattre les feux de forêts dans les Landes.

3. Ils inspecteront les pipelines, les éoliennes en mer, les cheminées d’usine…

Maniables, agiles, les drones ont facilement accès aux zones en hauteur ou lointaines… Ce qui explique que les industriels s’y intéressent pour inspecter leurs installations : les usines d’Arcelor-Mittal, le viaduc de Millau, où le réseau ferré de la SNCF sont ainsi régulièrement survolés par ces petites machines.

4. Ils perceront le mystère des pyramides d’Egypte

Rampe d’accès ou non ? La façon dont les Egyptiens ont pu construire leurs gigantesques pyramides est l’un des derniers grands mystères de l’archéologie. Et pour le percer, il est bien sûr hors de question de forer un trou dans ces vénérables monuments… La solution ? Utiliser des drones dont les prises de vues permettront une modélisation en 3D des pyramides du plateau de Guizeh avec une précision encore jamais atteinte. Le projet, en cours, devrait livrer ses premières révélations à la fin 2016.

5. Ils feront le taxi

Vous avez peut-être entendu parler des « taxis autonomes » testés par Uber à Pittsburgh (sans pilote, mais avec quand même un chauffeur à bord pour raisons de sécurité…) ? Une entreprise chinoise, Ehang, a un projet encore plus ambitieux dans ses cartons : un quadricoptère (comme la majorité des drones existants sur le marché) de 200 kg, qui serait donc le premier taxi volant sans pilote. Fou ? Pas tant que cela : le service va être testé d’ici la fin de l’année dans le Nevada.

6. Ils aideront les viticulteurs à soigner leur récolte

Décidément, on aime les drones en Aquitaine ! Après les pompiers et les maîtres-nageurs, ce sont les viticulteurs du Bordelais qui s’équipent. L’intérêt de ces machines, utilisées notamment par le magnat du vin Bernard Magrez ? Détecter pied par pied si la vigne est malade, manque d’eau, ou si ses grappes arrivent à maturité… Et donc adapter les traitements et la récolte avec précision. Santé !

7. Ils iront à la rescousse des abeilles

Plus que d’infatigables productrices de miel, les abeilles sont indispensables à la biodiversité, parce qu’elles sont les plus actifs des insectes pollinisateurs. Hélas, un nouveau prédateur décime leurs colonies : le frelon asiatique (Vespa velutina), apparu en France il y a une douzaine d’années, contre lequel elles sont sans défense. Conçu par la société DroneVolt, le Spray Hornet permet de vaporiser un insecticide directement sur le nid (souvent situé très en hauteur) de ces bestioles, bien plus rapidement et moins dangereusement qu’en grimpant à une échelle.

8. Ils vous épargneront les embouteillages

Va-t-il falloir rebaptiser « Bison Futé » en « Faux bourdon (la traduction française du mot anglais « drone ») Futé » ? Depuis l’été 2015, la société Vinci Autoroutes diffuse en direct sur Internet les vidéos aériennes des principaux points de blocage lors des fameuses journées noires sur les routes. Objectif ? Informer plus efficacement les automobilistes, et les inciter à modifier leur itinéraire si nécessaire.

9. C’est eux qui feront l’inventaire

Dernier secteur dans lequel les drones peuvent faire des merveilles : le commerce. En particulier dans les entrepôts, où ces petits engins volants vont virevolter dans les allées, scanner les codes-barres des produits stockés, et donc tenir à jour efficacement les inventaires.

10. Ils vous livreront… le drone que vous avez acheté sur Internet ?

La livraison par drone ? Si les annonces d’Amazon ont fait couler beaucoup d’encre, ses projets restent pour l’instant bloqués pour des questions légales (même si la société a annoncé des expérimentations en Angleterre). S’ils ne peuvent donc pas vous livrer par la voie des airs, peut-être les drones y parviendront-ils en roulant ? C’est en tous cas l’idée, bien avancée, de Starship Technologies, une start-up fondée par les cofondateurs de Skype.
> <
Rappel gratuit dans les 2hRappel gratuit
dans les 2h